On démonte notre bivouac planté sur les berges de l'Estany de Baborte. Beau temps. La journée s'annonce chaude.

07-17 (2)

Coll de Seliente au fond (2490m)

 

07-17 (6)

07-17 (8)

07-17 (9)

On contourne le refuge de Baborte par le nord pour éviter les « marécages » en direction du collado de Seliente (2480m). Puis on part pour une très longue descente de 1000m de dénivelé jusqu'au Pla de Boavi.

Lionel tire de plus en plus la patte. Il a très mal à sa cheville. Je m'inquiète pour lui. D'habitude avec ses grandes jambes il cavale devant et il aime les descentes. Et une fois au Pla on doit repartir pour monter 1200m environ...

Christian et Lionel

Il décide de s'arrêter là pour rejoindre Tavascan puis Arties en bus. Nous prenons rendez-vous pour dans quelques jours au camping d'Arties près de Vielha. Nous sommes tristes. Lionel va nous manquer. Au revoir et à bientôt, l'ami.

Et c'est lui qui a le plus cogité le tracé de notre haute route sur sa portion centrale, la partie qui va suivre...

07-17 (14)

 

07-17 (17)

Après la pause « déjeuner » Christian et moi-même poursuivons notre chemin en direction du refuge de Certascan (2254m) sous une chaleur torride.

Nous croisons un couple de Font-Romeu avec ses deux enfants. Nous les croiserons à nouveau mardi matin vers le Mont-Roig.

Deux jeunes nous rattrapent et nous dépassent à grand pas, avec un petit ampli sur l'épaule qui délivre de la musique techno à 2200m.

Comme notre évitement de l'Ariège par l'Andorre à cause du brouillard a rallongé notre parcours nous sommes inquiets en ce qui concerne notre réserve de nourriture. Elle doit tenir jusqu'à Arties. Nous achetons des sandwichs au refuge.  Nous sommes servis par les deux jeunes. Je remarque qu'il y a de la wifi. L'Espagne améliore l'équipement en montagne plus vite que la France. Seules ses cartes laissent encore à désirer. Mais cela va s'arranger.

Au revoir

Un âne rode. Christian me recommande de faire attention : il pique les sandwichs.

Après une petite pause nous repartons pour le col de Certascan (2600m). L'âne dehors nous dit "à la prochaine".

 Estany de Certascan (2250m)

07-17 (21)

Deux longs névés sont sur le chemin du col. Je gravis sur le premier grâce à mes chaussures adéquates et contourne le second trop raide à mon goût par la barre de rochers sur la droite. Je pars trop haut vers la droite. Embêté, je désescalade  sur mes pas, puis repars plus à gauche légèrement au-dessus de la neige. Christian préfère contourner les deux et arrive au col bien avant moi.

Stéphane (un M.U.L.) sur la HRP Est-Ouest nous rattrape là en passant par les rochers. Léger, il va vite mais ses chaussures basses et légères sont usées par la traversée depuis Banyuls. Il pourra peut-être s'en procurer au magasin de sport à Gavarnie ? Il descend un moment avec nous. Il fait de trop longues distances chaque jour et n'y trouve pas de plaisir. Il a rencontré mon ami Zorey (un autre M.U.L.) qui l'a accompagné un bout vers le Canigou.

M.U.L. : http://www.randonner-leger.org/forum/index.php

La redescente après le col de Certascan (2600m)

Une fois au col nous décidons de bivouaquer vers 2400m dans les prairies un peu plus bas avant d'atteindre les étangs de Guerosso. Nous y rencontrons Hélène de Tournefeuille. Elle se repose sur l'herbe près d'une source. Elle a l'intention de passer la nuit là. Elle n'a pas de tente. Sur une boucle de quelques jours, elle dort à la belle étoile avec sa doudoune et un quilt sans sursac. Légère mais avec beaucoup de nourriture. On ne la dérange pas, au contraire. Elle nous rejoindra pour diner.

On s'installe à une cinquantaine de mètres. Nous nous lavons à une distance "raisonnable".

Elle est intéressée par ma « six moon design lunar duo explorer », tente hybride légère qui se monte avec les bâtons de randonnée. Nous parlons de montagne et de randonner léger en partageant le repas. Comment faire son sac sans perdre son "confort" ? Éviter les doublons et les choses inutiles : "Un sac lourd est un sac bourré d'angoisse."

 

 

Christian, Jean-Luc et Hélène

 

La suite...